• Depuis quelques jours, nous avons de superbes journées...il faut en profiter et admirer les belles couleurs de cette saison...

     

    Autome à l'arborétum...

     

    Œuvre de deux personnages peu communs, l’arboretum de La JONCHERE SAINT MAURICE connut dès sa création, à la fin du 19ème siècle, une notoriété qui dépassa les limites du limousin.

    Cette reconnaissance de sa valeur pédagogique et esthétique exceptionnelle lui permit de franchir bien des obstacles. La volonté manifestée de façon continue par les associations, les collectivités et les services de l’Etat pour le conserver, l’améliorer et le transmettre de génération en génération est remarquable à cet égard.

    Leurs efforts n’ont pas été vains et permettent aujourd’hui que soit offertes au public des collections de très grande qualité.

    Au-delà de sa beauté, il apporte, comme l’avaient souhaité ses créateurs, des enseignements précieux sur les essences forestières qui demain contribueront à la mise en valeur de nos régions.

     

    Autome à l'arborétum...

     

    L’arboretum est contigu au bourg de La Jonchère Saint Maurice, à une vingtaine de kilomètres de Limoges.

    Il est positionné au sein de la région naturelle des monts d’Ambazac, à l’est du Puy de Sauvagnac (701 m), premier contrefort ouest du Massif Central  et premiers reliefs rencontrés par les vents dominants d’ouest.

    Occupant un vallon aux pentes douces, s’ouvrant au sud est, au pied d’un versant dont la crête atteint un peu moins de 700m, l’arboretum est relativement bien abrité des vents dominants d'ouest. Plusieurs sources qui l’alimentent contribuent à entretenir la fraîcheur.

    Ces conditions font de l’arboretum de La Jonchère saint Maurice un site très favorable à la végétation forestière. Les semis des grands arbres y connaissent un développement important.

    C’est un ensemble de 23 ha, dont le cœur historique de 7 ha.

    Le cœur est aménagé avec un sentier pédagogique qu’il faut prendre le temps de parcourir pour s’imprégner du lieu et découvrir les essences diverses qui s’épanouissent en ce lieu, tout en profitant des bruissements et chants de la nature comme de ses parfums selon les saisons.

     

    Autome à l'arborétum...

     

    Sa création remonte à 1884 quand Henri Gerardin apporta les capitaux et les terrains et André Laurent le savoir-faire et ainsi, fondèrent sur environ 7 hectares la « pépinière de l'Étang ». Elle eut vocation à produire des plants d'essences forestières pour la mise en valeur, par le reboisement, des Monts du Limousin et du Plateau de Millevaches : chênes, pins, sapins, mélèzes…mais aussi des espèces du monde entier...

    Aujourd'hui, propriété de l'État l'office national des Forêts (ONF) assure la gestion et les coûts de fonctionnement de ce site exceptionnel. 

    Il est composé d'espèces des 4 continents : l'Amérique avec les séquoias géants, les douglas verts… l'Asie avec les sapins et épicéas du Caucase, tulipier de Chine…, l'Afrique avec le cèdre de l'Atlas et l'Europe avec les hêtres pourpres, l'érable sycomore… »,

     

    Autome à l'arborétum...

     

    Deux campagnes d'abattage à vocation sécuritaire pour le public ont eu lieu en 2015 et celle de 2017 se termine actuellement. Ce sont environ 45 arbres dont un sapin de Vancouver de plus de 50 mètres qui ont été abattus .  Un document de gestion est en cours de rédaction pour une durée de 15 à 20 ans. Dans ce cadre, un inventaire de tous les arbres présents sur le site dont les arbres remarquables de par leur histoire, leur dimension, leur rareté… a été réalisé .

     

     

    Autome à l'arborétum...

     

    Avec le soutien actif de la commune de La Jonchère, de l'association Pierres et Arbres (association pour la préservation du patrimoine et le Développement de La Jonchère), de la fondation du patrimoine, un projet est en cours qui comprend plusieurs volets : favoriser l'accueil du public, renouveler et faire vivre les collections botaniques et développer la pédagogie à l'environnement.

     

    Autome à l'arborétum...

     

    Des petits ânes tranquilles complètent ce paysage de sérénité...

     

    Malou

    Autome à l'arborétum...

    avec la pluie aujourd'hui...

     


     
     

     

     

     

     
     
     

     
     
     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Au coeur d'une luxuriante et profonde vallée, le superbe ensemble cistercien de Santes Creus (Ste-Croix) occupe la rive gauche du fleuve Gaià. Dès sa fondation au 12e s., il manifesta un grand dynamisme politique mais aussi culturel grâce à sa riche bibliothèque. Sa visite, qui réserve de superbes découvertes, mène au cloître gothique, l'un des joyaux du monastère. Les anciennes dépendances monastiques, réhabilitées et transformées en logements, forment aujourd'hui le petit village du même nom.

     

    Santa Creuze...

     

     Il accueillit la première communauté monastique de l’ordre en Catalogne et fut le lieu choisi par des rois et des nobles pour leur repos éternel»

    C'est l'un des ensembles cisterciens le plus important et le mieux conservé. que l'on peut visiter aujourd'hui. Fondé en 1168, protégé par le roi et la noblesse, il est devenu un centre d'études spirituelles. la vie monastique est détenue de façon continue jusqu'en 1835

     

    Santa Creuze...

     

    Cloître gothique du XIVème siècle

     

    Santa Creuze...

     

    L'église, très sombre, est sobre et magnifique. Nous y trouvons les tombes de Pierre le Grand , de Jacques II et de son épouse Blanche d'Anjou ainsi que le grand amiral Lluria

     

    Santa Creuze...

     

    mais...même problème que pour le monastère de Poblet, il nous est difficile de visiter pour raison de semaine Sainte...

     

    Santa Creuze...

     

    Santa Creuze...

     

    Santa Creuze...

     

    Très bel endroit...plein de sérénité...

    Ainsi se termine mon voyage printanier en Catalogne...que nous avons pu visiter sans les soucis d'aujourd'hui...

     

    Malou


    1 commentaire
  • C'est à la reconquête que l'on doit Poblet. Après avoir repris la Catalogne aux Maures, Raymond Berenger IV, pour remercier Dieu par une fondation monastique, fit venir en 1150  de l'abbaye de Fonfroide, près de Narbonne, 12 cisterciens qui élevèrent les bâtiments, défrichèrent et mirent en valeur les terres de la communauté.

     

    Poblet...

     

    Les rois d'Aragon ne cessèrent de témoigner leur protection au monastère. C'était, avec Santa Creus, leur étape favorite entre les deux capitales de Saragosse et Barcelone et leur lieu de retraite auprès de l'abbé qui avait la charge d’aumônier royal. 

     

    Poblet...

     

    Le monastère forme encore un ensemble rare d'architecture monastique médiévale...

     

    Poblet...

     

    Pendant la semaine sainte, il est très difficile de visiter les églises et surtout...les monastères...il était l'heure des vêpres, nous avons dû faire très vite...

     

    Poblet...

     

    Le retable du maitre autel est une œuvre monumentale sculptée en 1527 dans le style renaissance...

    L'église, très spacieuse, a des lignes pures, la nef en berceau brisé et les chapiteaux lisses des églises cisterciennes.

     

     

    Poblet...

     

    en fond d'église un monumental orgue sous une très belle rosace...

     

    Poblet...

     

    Une première enceinte, longue de 2 km protégeait les paysans et ouvriers travaillant pour l'abbaye, la seconde entourait les dépendances...à la hauteur de la porte dorée, qui doit son nom aux plaques de bronze doré qui en couvraient les vantaux.

    Entre deux puissantes tours à mâchicoulis, la porte royale donne accès aux bâtiments conventionnels que nous n'avons pas pu voir...

     

    Poblet...

     

    La troisime, construite à la fin du 14ème siècle, enserre le monastère d'une muraille de 600 m dans laquelle s'ouvre la porte baroque de l'église, édifiée vers 1670 et flanquée 50 ans plus tard de deux fenêtres abondamment décorées...

     

    Poblet...

     

    A l’extérieur du monastère...un vignoble...

     

    Poblet...

     

    Poblet...

     

    Désolé !!! nous n'avons pas pu visiter le cloître...

     

     

    Poblet...


    3 commentaires
  •  

    Tout en haut de la vieille ville s'élève la majestueuse cathédrale de Tarragone...

     

    Tarragone...suite...

     

    La cathédrale Sainte-Marie est le siège de l'archidiocèse de Tarragone.

    Elle est située dans la ville haute, sur le site d'un ancien temple romain dédié à Auguste, puis d'une cathédrale wisigothe et d'une mosquée arabe.

    Elle est un mélange d'influence romanes et gothiques. Elle a été élevée au rang de basilique mineure en 1894 et déclarée "monument national" le 3 avril 1905

     

    Tarragone...suite...

     

    La cathédrale, dédiée à  sainte Thècle, est construite en 1171. Sa façade est romane avec un portail gothique, orné de sculptures du Christ du jugement dernier, de vingt-trois prophètes de l'ancien testament et apôtres, et de la Vierge à l'Enfant. Le haut de la façade demeure incomplet, à cause de la crise due à la grande peste  de 1348. On trouve aussi un sarcophage paléochrétien du IVème siècle. La grande rosace évoque celle de Notre-Dame de Paris

    Nous n'avons pas pu la visiter...les heures ne correspondaient pas à notre passage et nous étions le "vendredi saint"...où tout est fermé !

     

    Tarragone...suite...

     

    Tarragone...suite...

     

    Le "vendredi saint", les catholiques sortent leurs bannières...

     

    Tarragone...suite...

     

    Tarragone...suite...

     

    Dans cette édification avaient lieu des manifestations telles que les combats de gladiateurs (IIe s.). On y construisit une basilique wisigothe (Vie s.) puis une église romane (XIIe s.).

     

    Tarragone...suite...

     

    Monument commémoratif d'une tristesse infinie...

    La ville de Tarragone avec son agglomération reste très compétitive sur le plan national et international grâce à son fort secteur industriel et touristique. Le secteur tertiaire augmente en effectifs année après année. Le taux de chômage est relativement bas avec 10 % en 2009 et le PIB par habitant est le plus élevé de l'État. Tarragone a connu une grande transformation commerciale ; aujourd'hui elle est la place la plus forte du sud de la Catalogne et attire jusqu'à elle les habitants des provinces voisines.

    Capitale économique, intellectuelle et culturelle du sud de la Catalogne, son influence va au-delà des frontières provinciales. Elle abrite le plus grand centre pétrochimique d'Espagne, et depuis 2008 l'Institut catalan pour la recherche chimique ainsi que le centre de recherche chimique national espagnol . La consolidation de son centre financier et bancaire s'est établi grâce à la fusion de trois banques catalanes qui ont localisé leur siège dans la ville.

     Voilà, succinctement, l'histoire de Tarragone ...

    A bientôt...

    Malou

     

     


    1 commentaire
  • Tarragone est une ville et une municipalité du sud de la Catalogne

    La vénérable ville de Tarragone, riche en vestiges antiques et médiévaux, est aussi une ville moderne aux belles promenades. Son front de mer se relève en terrasses sur la falaise qui domine la Méditerranée; fleuri et paré de jardins, c'est l'un des plus agréables de la côte. Il longe la vieille cité, contourne la tour du Palais d'Auguste et suit l'enceinte derrière laquelle apparait l'antique Tarragone dominée par sa cathédrale...

     

    Tarragone...

     

    L'antique Cosse, ville Ibère, est soumise par les romains en 218 av JC sous le nom de Tarraco. elle devient la plus importante et la capitale de la plus grande partie de la péninsule...

     

    Tarragone...

     

    Considérée, sinon comme l'égale de Rome, du moins comme l'un de ses prolongements, elle bénéficie des mêmes privilèges que la cité mère. 

     

    Tarragone...

     

    Auguste, Galba, Adrien ne dédaignent pas d'y résider. Christianisée, selon la tradition par St Paul, la cité impériale est alors le siège de l'évêque, le primat d'Espagne. Mais, bientôt, ruinée par les Barbares du 5ème siècle, puis par les Maures au 8ème, elle doit céder cet honneur à l'ambitieuse Tolède...

     

    Tarragone...

     

    Un petit train promène les visiteurs à l'intérieur de la vieille ville...

     

    Tarragone...

     

    au pied du palais d'Auguste...

     

    Tarragone...

     

    Tarragone...

     

    Pour suivre la visite...ce sera plus tard...

     

    Malou


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires