•  

    Le jardin municipal de l'Évêché, plus proprement dénommé au pluriel jardins de l'Évêché (en raison de ses différents étages et aspects), est un jardin public municipal de la ville de Limoges, situé dans le quartier historique de La Cité, en surplomb de la Vienne et de la coulée verte des bords de Vienne

    D'une superficie totale d'environ 5 hectares, les jardins de l'Évêché sont le plus grand espace vert du centre-ville de Limoges, accolés à la cathédrale Saint-Etienne et surtout à l'ancien évêché de la ville, désormais musée municipal des Beaux Arts. Ils sont divisés en un jardin à la française, jardin public typique composé de bassins et de haies d'arbres, et un vaste jardin botanique, lui-même divisés en trois espaces : jardin systématique, jardin à thèmes et jardin des milieux naturels régionaux.

    Propriété de la Ville de Limoges depuis 1910, il est géré et entretenu par le service municipal des espaces verts.

     

    Quelques images de Limoges...

     

    Ce mois de juillet 2016, il y avait une exposition du sculpteur Marc Petit, connu pour ses grands personnages de bronze...

     

     Quelques images de Limoges...

     

    Marc Petit, né à Saint-Céré dans le Lot en 1961 est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands sculpteurs contemporains en vit par les galeries et le milieu du marché de l’art.

    A l’âge de 14 ans il s’essaye à la sculpture et touche aux prémices de cet art. Issu d’une famille d’artisans, il va quitter le lycée pour se consacrer très vite à l’apprentissage du taillage de pierre. Mais ce sera au travers de deux rencontres que sa vie comme sa technique vont prendre un réel tournant. Marc petit croise la route de deux sculpteurs, anciens élèves des Beaux-Arts de Paris, qui vont devenir ses mentors : René Fournier et Jean Lorquin. Tous deux vont aiguiser son œil et sa pensée autour de la sculpture.

    René Fournier, tout d’abord, le mène vers l’art du modelage et lui dispense les enseignements de Marcel Gimond, éminent sculpteur du XXème siècle connu pour la réalisation de ses bustes aux reflets de personnalités politiques ou de la scène artistique. Jean Lorquin ensuite, étant lui-même prix de Rome en 1949 et pensionnaire de la Villa Médicis, lui apporte un savoir supplémentaire sur la sculpture et surtout une réflexion sur celle-ci.

    A partir de bronze, de terre cuite ou de plâtre, Marc Petit va réaliser des sculptures d’êtres humains. Des personnages solitaires à l’allure morose. Leurs visages semblent égarés, ils plient sous la pesanteur ou sous le poids du dépit. Le corps est las, désincarné. On ne se sait pas s’il s’agit d’une tragédie ou d’un moment de flottement, comme une âme errant dans les limbes. Face à ces figures, on se sent mis à distance mais non pas voyeurisme, plus perplexe qu’empathique.

    Marc Petit réalise sa première exposition personnelle à l’âge de 24 ans et va se faire progressivement un nom parmi les galeries et les collectionneurs.

     

    Quelques images de Limoges...

     

    C'est une façon très tourmentée d'exprimer son art...on en repart avec un certain malaise...

     

    Quelques images de Limoges...

     

    Limoges est la ville des arts du feu (porcelaine, émail)...ici, c'est le musée de l'émail...à coté de la Cathédrale Saint-Etienne

     

    Quelques images de Limoges...

     

    Au pied du jardin, le pont Saint-Etienne et la grande promenade des bords de Vienne...

    Depuis toujours, côté rive droite, le pont était entouré par les maisons des laveuses. Les laveuses assuraient la lessive des gens du Château, puis, plus tard, celle des bourgeois de la ville de Limoges. Cette pratique cessa vers le milieu du 20ème siècle

    Le pont St-Etienne, désormais réservé aux piétons, est encore utilisé par les pèlerins de St Jacques de Compostelle.

     

    Quelques images de Limoges...

    Les Jardins de l'Evêché...

     

    Un peu plus loin, le pont Saint-Martial, autre patron de la ville de Limoges...

    Le pont possède sept arches en arc  ; un quartier s'était développé sur la rive droite de la Vienne autour de l'église Sainte-Félicité. Il existe encore quelques demeures médiévales et classiques, dont l'une d'entre elles accueillit Molière durant une nuit en 1669. Aujourd'hui il apparaît isolé du reste de la ville, dominé par le pont de la Révolution,et le quai Saint-Martial...

     

    Quelques images de Limoges...

     

    En marchant sur les bords de Vienne, nous découvrons le moulin du "Poudrier" là où se réunissent les participants de "l'Amour est dans le pré"... très belle propriété...

     

    Quelques images de Limoges...

     

    J'espère que ma balade vous a plu...

    A bientôt...

    Les Jardins de l'Evêché...Malou


    2 commentaires
  •  

    Nous sommes sur le retour...

    Ce pont là se situe juste avant le "pont du diable"...

     

    Le Pont du Diable...

     

    Situé tout près du village de Thueyts, au cœur du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche, le Pont du Diable n’a d’effrayant que le nom.
    En effet, ce modeste pont de pierres au tablier arc-bouté offre au visiteur l’occasion d’admirer les coulées basaltiques et autres concrétions calcaires aux formes surprenantes, manifestation de l’activité chaotique des jeunes volcans de l’Ardèche.
    On mesure à quel point de tous temps, rejoindre les deux rives de l’Ardèche fut parfois difficile.

     

    Le Pont du Diable...

     

    Le Pont du Diable est un coin de baignade réputé. L’eau y est limpide, d’un bleu-vert étonnant, et la petite plage tout à fait magnifique. L’eau y est un peu fraiche mais les baigneurs apprécient ce coin de rivière unique.

    Nombreux sont celles et ceux qui tentent le grand saut : le Pont du Diable enjambe l’Ardèche à 20 mètres au dessus de l’eau. Sauter du Pont du Diable est un véritable défi que se fixent chaque année de nombreux baigneurs téméraires.
    Des échelles arrimées à la roche permettent au randonneur curieux d’accéder sans encombre à ce site incontournable et prodigieux. Un sentier de rando vous emmène, depuis le Pont du Diable, vers des paysages somptueux, entre cascades et coulées basaltiques.

     

    Le Pont du Diable...

     

    Le pont du Diable fut construit, d’après la légende, par le Diable qui souhaitait malicieusement permettre aux garçons et filles de Thueyts de se retrouver. Celles-ci y ont perdu leurs âmes et on dit que les les jours de grand vent, on entend depuis le Pont du Diable les cris et lamentations des jeunes filles de Thueyts repenties.
    selon la légende, le Diable ne se contenta pas de son pouvoir sur le Pont du Diable, il l’étendit au gouffre et au rocher.

     

     

    Le Pont du Diable...

     

    Le Pont du Diable...

     

    Le Pont du Diable...

     

    Très bel endroit où nous avons pique-niqué...

    A bientôt...pour d'autres images...

    Malou...


    4 commentaires
  •  La région a aménagé un certain nombre de voies de chemin de fer non utilisées en chemins de randonnées qu'elle appelle "voie verte"...

     

    En vrac...en Ardèche...

     

    ce sont des chemins très agréables, sans dénivellation importante...qui ne nécessitent pas de porter de grosses chaussures...

    Du viaduc de Vogüé...j'ai pu faire cette photo...

     

    En vrac...en Ardèche...

     

     Sinon, les chemins sont de montagne et très caillouteux...

     

    En vrac...en Ardèche...

     

    L'Ardèche n'arrête pas de sinuer entre les falaises calcaires et offre un paysage à chaque fois différent...

     

    En vrac...en Ardèche...

     

    En vrac...en Ardèche...

     

    A bientôt...

    Malou

     

     

     


    4 commentaires
  • Quelques images en vrac...

    sur la route des gorges...

     

    Toujours dans les gorges...

     

    Près du Pont d'Arc...plan d'eau et canoës...

     

    Toujours dans les gorges...

     

    Toujours dans les gorges...

     

    Un lopin de vigne...le raisin était mûre...

     

    Toujours dans les gorges...

     

    Le vieux village de Rochecolombe...que je ne trouvais plus...

     

    Toujours dans les gorges...

     

    Et Antraigues-sur-Volane...tout là-haut...

     

    Toujours dans les gorges...

     

    A bientôt...

    Malou...


    2 commentaires
  • Balazuc est un petit village situé dans le département de l’Ardèche de la région Rhône Alpes, labellisé Village de caractère et Plus Beau Village de France. Balazuc est un superbe petit village médiéval fortifié, perché au sommet d’une falaise surplombant l’Ardèche, l’ancienne place forte des « Seigneurs de Balazuc » a gardé de nombreuses traces de son passé médiéval.

     

    Balazuc...

     

    Toujours l'Ardèche...

     

    Balazuc...

     

    Balazuc...

     

    Balazuc...

     

    Balazuc...

     

    Balazuc...

     

    Un violent orage nous a fait quitter la place rapidement...nous avons eu peu de temps pour profiter de ses beautés...

    A bientôt...

    Malou


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires